MERCEDES-BENZ ACADEMY

Archive mensuelle

Depuis juillet, la première partie du nouveau site de la Mercedes-Benz Academy est en ligne. Il s’agit d’une vitrine qui permet de découvrir son infrastructure, son organisation et ses activités. Fin septembre, la seconde partie, dédiée au réseau national, sera accessible au travers du lien Espace Formation.

 

Un login adapté aux profils

Ce second volet s’adresse aux collaborateurs, aux Correspondants Formation, aux administrateurs et aux formateurs. En mode consultatif ou actif, chacun pourra utiliser l’espace en fonction de son statut :
Informations pour les nouveaux arrivants,
Définition des certifications et des cursus,
Gestion des plans de formation,
Vue du planning des salles et des formations
Calendrier des stages,
Téléchargements, ...

 

L’Espace Formation pour organiser - SABA pour valider

Avec ce nouveau site, la Mercedes-Benz Academy prolonge sa vocation pédagogique et informative. Grâce à l’interface dédiée, l’utilisateur a une vision globale de tous les paramètres à gérer lors d’un choix de stage. Elle a été pensée pour donner, en temps réel, des informations qui permettent d’organiser et de planifier les futures formations. Dans le même temps et de manière obligatoire, l’outil de gestion SABA continue d’intervenir pour les inscriptions et les suivis.

 

Lancement du site Mercedes-Benz

Si dans la conscience collective, la robotisation est souvent synonyme de suppression d’emplois, il n’en est forcément pas de même dans la réalité. En Allemagne, Mercedes-Benz a remplacé des robots par du personnel qualifié. En effet, les modèles de la Classe S nécessitent un degré de personnalisation que les robots ne sont pas aptes à assumer. Le niveau d’individualisation de certains véhicules ou la gestion des multiples variantes proposées en catalogue, imposent l’humain dans le process de production. En terme de coût de revient, l’homme possède une marge de manœuvre par rapport à un robot. Le coût d’une machine et de sa capacité à s’adapter est supérieur.

Une étude réalisée l’an dernier par le cabinet Deloitte et relative à l’emploi automobile au Royaume-Uni, allait dans ce sens. La technologie a créé plus d’emplois qu’elle n’en a détruits. En ce sens, l’exemple de Mercedes-Benz atteste que la quête de l’excellence est difficile sans le savoir-faire et la réactivité de l’humain. Dans nombre de secteurs, la robotisation ou l’informatisation ont fait disparaître certains métiers. Mais, dans le même temps, elles ont généré de nouvelles expertises.

Et dans cette dynamique constante, l’humain garde souvent une roue d’avance sur le robot. Mercedes-Benz en est tout-à-fait consciente.

Voiture connectée

Avec la montée en puissance de la voiture connectée, le profil des métiers de l’industrie automobile pourrait sensiblement évoluer. La plupart des constructeurs a conscience que le marché amorce un virage unique en son genre depuis 50 ans. Mais les positions de chacun peuvent être différentes. Cependant, les plus avant-gardistes comme les plus conservateurs, s’accordent sur l’émergence de nouveaux profils professionnels.

Électricité et autonomie

Avec l’avènement de la voiture électrique, certains métiers sont déjà en plein développement. Ingénieurs électriciens et électroniciens s’attachent continuellement à développer les capacités d’autonomie. Dans le domaine de l’aide à la conduite ou des logiciels embarqués, les compétences recherchées s’orienteront toujours plus vers des savoir-faire hautement qualifiés : experts-analystes pouvant créer des algorithmes, développeurs, ingénieurs spécialisés dans les radars et détecteurs de présence …

Un autre domaine pourrait voir son importance grandir. C’est celui de l’impression 3D. L’utilisation optimisée de cette technologie doit jouer sur la vitesse de production et de mise en œuvre des innovations. Autre impact, et non des moindres, des économies devraient être réalisées sur le coût des tests.

Environnement et rentabilité

L’avenir de tous les secteurs de l’industrie est de plus en plus lié à celui de la planète. Développement durable, impératifs environnementaux sont autant de paramètres qui concerneront de plus en plus de profils d’ingénierie conjuguant durabilité et économie des matières premières. Les plus visionnaires vont même jusqu’à envisager une nouvelle population d’experts du service-client pouvant intervenir directement auprès des utilisateurs en difficulté …